Pour relier Baiona à Nazaré, notre capitaine nous a prédit une journée 1/2 de navigation. Départ 12h30 le vendredi 29 août, et l’après-midi s’est déroulée sous le soleil, principalement au moteur.
La descente n’ayant eu aucun intérêt particulier, je vous propose de vous raconter une nuit en mer et d’en profiter pour essayer de répondre aux nombreuses interrogations concernant le déroulement des quarts. Bien entendu, chaque expérience est personnelle, et variable selon les jours, les conditions…..
Au soleil couchant, nous étions tous réunis sur le pont pour admirer le coucher de soleil, le premier pour les enfants depuis notre départ de Bretagne. Vers 21h30, les garçons me laissent seule sur le pont pour assurer le début de la veille. Nous sommes sous voiles à faible allure, le bateau avance tranquillement, nous longeons la ville de Porto.
Mon premier réflexe est de glisser les écouteurs de mon Ipod dans mes oreilles. Ceux qui me connaissent savent que je ne supporte pas le silence… Le second : attacher la longe de mon gilet de sauvetage sur la ligne de vie malgré la mer calme (pour rassurer mon amoureux). Les principaux dangers cette nuit sont les nombreux pêcheurs et leurs casiers ainsi que les autres navigants nocturnes. Il faut donc observer les alentours de notre Moussespic et guetter le moindre obstacle.
L’obscurité descend peu à peu, laissant place à une humidité très importante. Peu à peu l’ensemble du cockpit est mouillé, ce qui est plutôt inconfortable.
Etonnement, dès que la nuit prend sa place, la ville de Porto et son éclairage semble se rapprocher de nous. Bientôt, il fait trop sombre pour que moi, l’ « aveugle » de service, ait une chance de repérer les casiers.  Je me concentre donc sur les nombreux bateaux de pêche Portugais. La musique m’occupe suffisamment, alors je guette. Puis, le vent tombe : il va falloir remettre la bourrique en route. Je sais le faire, mais  je n’arrive pas encore toujours à enrouler seule le génois (grande voile située à l’avant)..alors j’appelle monsieur qui, heureusement, ne dort pas encore. Après avoir vérifié les environs (il fait confiance à sa femme mais pas trop quand même…) il retourne se coucher.
Mon choix est de rester à l’extérieur parce que je m’y sens mieux alors, enveloppée dans mon ciré, la musique diffusée à mes oreilles, les minutes puis les heures se succèdent. Il est vrai que j’ai l’habitude de rester éveillée de par mon travail de nuit. Il est néanmoins bien différent de rester seule, dans l’obscurité, et sur la mer, que dans un service animé avec des collègues sympas. Les quarts sont également l’occasion de réfléchir, penser justement à mes collègues qui bossent. Je suis un brin nostalgique en observant les étoiles, qui me rappellent les nombreuses personnes qui nous ont quittées récemment ou non. Dans un an, lorsque je reprendrai le chemin du travail, je ne verrai plus certains visages familiers tels que Marie-Christine de gynéco partie récemment en retraite, Christine et Jocelyne pour lesquelles il ne reste que 6 mois à accomplir, Eric dont je n’ai pas encore intégré l’absence définitive, et sûrement bien d’autres… Cette parenthèse dans notre vie, cette aventure familiale, nous met un peu à l’écart de la routine qui se poursuit sans nous.
Le trafic aérien sur Porto  me sort de ma rêverie : les avions  se succèdent dans le ciel, et me perturbent par leur éclairage, notamment lorsqu’ils se positionnent au-dessus des pistes. Puis, au loin, j’aperçois un feu d’artifice.
Tient au fait, quel est le décalage horaire entre la France et le Portugal? moins une heure. Je m’empresse de mettre notre voilier à l’heure portugaise. Cela me vaudra peu de temps après des réprimandes du capitaine qui est dérouté pour mettre le livre de bord à jour. Il est donc 1h quand monsieur sort sa tête et propose de prendre la relève. Cela tombe bien car j’allais m’allonger un peu sur le bain de soleil trempé…au lieu de çà, je gagne le droit à un lit chaud et un peu humide. Pas facile de s’endormir entre le bruit de l’eau le long de la coque, le moteur, la dérive arrière qui claque à chaque mouvement du bateau et….GRRRR faut que je dorme! 2h après environ j’ouvre un oeil, tout est calme dehors et je propose de prendre la relève. Maxime me dit  : « non çà va, en plus y’a beaucoup de bateaux autour à surveiller ». Cool! alors vite je replonge dans les bras de morphées. Et, alors que je suis entrain de rêver qu’Erwan, le parrain de Camille, est à bord et que le prochain quart est pour lui, donc que je peux dormir jusqu’au matin, j’entends « tu dors? tu dors? »
– oh non, je rêvais que…..
– Désolé, mais là je suis trop fatigué.
– Il est quelle heure?
– 6h
Le menteur! au fait il n’est que 5h10 à l’heure portugaise!
Il faut renfiler ses vêtements humides, sortir dehors, s’asseoir sur un bateau mouillé…et mon chéri me dit quand même « je me suis fait du café, il en reste un peu dans le thermos si tu veux ». Pourquoi pas? mais à tâtons, impossible de trouver ce fameux thermos qui ne révèlera sa présence qu’au lever du jour et..pouah le café est froid!
Puis alors que je pense qu’il est toujours devant l’écran, et que je lui parle, je me rend compte qu’il est allé se coucher sans me prévenir, et sans l’éteindre… Je râle. Il se relève pour l’éteindre. Quelques minutes après, alors que je crois qu’il est couché, il est toujours à surveiller l’écran…quel farceur!
Restant seule, je reprends ma surveillance. Je suis surprise de voir les vagues, formées par l’étrave du bateau, le long de la coque. Normalement je ne vois rien la nuit…et je mets un temps certain à comprendre que c’est le plancton, phosphorescent,  qui apparait sur l’écume des vagues. Isa, je ne l’avais pas vu en troublant l’eau du seau rempli d’eau de mer, mais çà y est je l’ai vu!
Puis, peu à peu, l’obscurité s’estompe avec le lever du soleil. Les casiers réapparaissent à ma vue.. et plus tard mes oreilles entendent « clic » « clic », tient cela ressemble à un gilet de sauvetage… et oui, voilà mon Camille qui s’est équipé pour me rejoindre. Avec ses yeux de lynx, aucun risque de passer sur un casier, et je lui apprends même comment les éviter au pilote (nous sommes toujours au moteur). Les deux petits schtrompfes nous rejoindront un peu plus tard, et nous attaquons tout les 4 notre pain/fromage, petit déjeuner le plus apprécié en mer.
Le reste de la journée se déroule entre pêche infructueuse, jeux de société, farniente au soleil, et à 18h30 nous arrivons dans le port de Nazaré. Le choix a été défini par le bonheur de retrouver ma collègue Béa, qui a pris sa retraite au Portugal avec son mari Philippe. La soirée se terminera donc en leur compagnie devant un plat typiquement portugais (une pizza…) très appréciée. Nous leur confirons pour la nuit un grand sac de linge sale.

A propos de l'auteur

Articles similaires

22 Réponses

  1. Pepette

    Wha Manu!!! Mais en fait tu as une super plume ! Ma beautiful sister arrive encore à me surprendre après tout ce temps! Hâte que vous nous racontiez votre longggguuuueee escale à Lisbonne !! Gros bisous à tous les 5 !
    PS : Magnifique la photo du coucher de soleil !!

    Répondre
  2. Grand_Mère

    Lecture à haute voix pour grand mère et tante nadette…
    On vous embrasse toutes les 3…
    C’est chouette de nous raconter ces tranches de vie à bord..
    Tendres biz

    Répondre
  3. Hemelsdael Bernard

    C’est vrai que c’est beau de te lire et j’en suis tout ému et en même temps je me dis que j’aurais une trouille du tonnerre de zeus , rien que de te lire j’en frémis … et en même temps j’apprécie et j’admire . C’est chouette la manière dont tu racontes Manu.. on y est sur la mer avec toi , on nostalgises avec toi … c’est très beau de nous faire vivre cela avec des mots simples et vrais . Bisous . On attends la suite bien sur . Catherine et Bernard.

    Répondre
  4. philippe le cousin ermenault de chonchon

    J avais beaucoup de retard dans mes lectures de vos aventures…
    tres heureux et interesse par vos recits qui suscitent admiration mais aussi envie…
    Superbe cette photo de coucher de soleil.
    Bisous a tous les 5
    Philippe

    Répondre
  5. Kate et Denis

    Cela faisait une éternité que je n’avais pas pleuré en lisant un bouquin !!!! c’est fait, merci Manu !!!!! C’est tellement beau et sincère, j’ai eu l’impression de passer la nuit avec toi et que tu me parlais. Tu peux continuer, c’est si bon de vous savoir heureux.
    Bises, Kate

    Répondre
  6. françoise cotel

    Merci Manu pour ce beau récit captivant de bout en bout! on a l’impression d’ètre à bord avec toi quand tu nous racontes ta longue nuit de veille!! très émue de voir qu’au beau milieu de la nuit , tu as une pensée pour tes collègues de nuit!!sympa!! au passage ,une petite pensée pour Béa la portugaise!!!
    allez, bon vent à vous 5 ,à bientôt pour la suite de vos aventures!!
    biz.
    Françoise C.

    Répondre
  7. paule

    la nuit c’ est nostalgique mais racontée par les navigateurs cela prend un autre sens ,on si croirait;;;;;;;;
    l’ aventure continue et on vous suit dans votre périple
    bon vent à vous ;;;;;;;
    paule

    Répondre
  8. Françoise & Tatane

    Un vrai roman passionnant d’où ressortent de belles images que vous nous faites découvrir on en demande encore, profitez bien de cette belle aventure.
    gros bisous à tous les 5
    Françoise et Tatane

    Répondre
  9. Françoise & Tatane

    Un vrai roman passionnant où nous découvrons de belles images, continuez à nous faire rêver et profitez de cette belle aventure.
    Gros bisous à tous les 5
    Françoise & Tatane

    Répondre
  10. pb family

    Récit très vivant qui me rappelle des bons souvenirs et des moins bons aussi (le froid, la fatigue, l’attente de la relève de quart…).
    Bonne continuation et gros bisous

    Répondre
  11. marlene

    coucou de marlène ou j’ai lu votre mail:
    merci pour les nouvelles
    nous nous sommes en espagne ou je fais de la plongée
    pensons bien à vous
    gros bisous à vous 5

    Répondre
  12. Chonchon

    j’en avais entendu parlé, et enfin ce soir je peux le lire ce « fameux » récit !
    belle prose ma belle-fille, et beaucoup d’émotion !
    après être passée à bord, dans la marina de Lisbonne, j’arrive mieux à comprendre votre passion et l’appel du grand large !
    Continuez votre route, souhaitant que les vents soient favorables et vous conduisent à Madère !
    Restez toujours prudents !
    Bises à mes moussaillons dont les sourires coquins et les espiègleries m’ont une fois de plus enchantée !
    Je vous embrasse tous les 5,
    Chonchon

    Répondre
  13. Pauline

    Un petit coucou de Plérin pour vous dire que je suis vos aventures… C’est très chouette ce que vous faîtes en famille.
    Nous avons passé un mois et demi en famille cet été au Lesotho et en Afrique du Sud et on adore tous ces moments passés à 4.
    Lire vos récits me redonne envie de partir… (à pied)
    Cela fait 15j que nous avons retrouvé le chemin de l’école. En ce qui me concerne, c’est plutôt calme : pas de remplacement long pour l’instant…
    J’ai eu des nouvelles des MS : tout va bien!

    profitez bien de chaque instant,
    C’est chouette de voir Marin, Simon et Camille avec des grands sourires sur les photos… (et les parents aussi bien sûr!)
    je vous embrasse,

    (maîtresse) Pauline

    Répondre
  14. Delphine

    Bravo Manu pour ce partage d’aventures.
    On en redemande…
    Profitez bien, mais je sais que vous le faites…
    Biz

    Répondre
  15. Bernard, le tonton préféré !

    Quelle plume !
    Je reste sans voix !
    Nous sommes heureux de suivre votre belle aventure.
    En attente d’encore beaucoup de récits et photos.

    Mathilde est fière de son parrain, et a très envie de faire partager votre aventure à ses camarades de classe.

    Bises à tous les 5.

    Répondre
  16. couz'in

    Super!!!! Encore….encore….encore!!!! Sous à camill’chon et les deux loustics….et à vous deux… On vous embrasse fort!

    Répondre
  17. marie-hélène

    Wahou!! de retour de vacances j’ai pas la même chose à écrire… Camille sera lire avant la fin de l’année si tu lui racontes aussi bien les histoires que tu les écris Manu. c’est quand la prochaine escale? plein biz à tous les 5….

    Répondre
  18. sophie O

    Waouh une véritable romancière tu vas pouvoir te faire publier… Non sans rire, Génial… hummm… encore , encore!

    Répondre
  19. Delphine,Rudy

    Avec le retour sur Rennes, nous sommes bien occupés mais quel plaisir de lire vos aventures!! Profitez bien de cette année et vivement les nouveaux articles! gros bisous de nous 3

    Répondre
  20. erwan

    Bise à vous cinq, ce soir je prends le deuxième quart…
    Pleins de gros bisous à Camille, et aux autres bien évidemment.
    Au plaisir de vous lire.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.