Arrivée à Dakar. Notre première bonne surprise est de retrouver Ivaou au mouillage, mais surtout rapidement de voir arriver Gildas ainsi que Laurent et Nathalie, des copains briochins.
L’escale à la capitale est surtout consacrée à la préparation de la mission pour VSF : révision des ordinateurs, achats des fournitures scolaires avec Amacodou, l’instituteur de Moundé, petites bricoles pour le bateau et courses.
Nous rencontrons aussi Vincent et Karine (cette dernière est la soeur d’une collègue de Manu) avec qui nous passons une très bonne soirée. A peine le temps de voir les autres équipages de la flotte VSF (Anao, Angélus, Roi Bako…) que nous mettons cap au sud, direction le fleuve Saloum.

 

 

Amacodou nous accompagne pour cette navigation. Un petit crochet pour se rapprocher de l’île de Gorée, où il n’est jamais allé, et la nuit nous enveloppe. Nous commençons alors une veille un peu fastidieuse, pour surveiller les pirogues. Au petit matin nous sommes en vue de Djifère, la passe d’entrée dans le Saloum. Après un petit slalom entre les filets et les pirogues (les deux étant parfois reliés…) , nous trouvons la bouée d’atterrissage et entrons dans le fleuve. Nous découvrons la navigation dans les bolons, ainsi que notre premier échouage. C’est donc prudemment, à vitesse réduite, que nous allons jusqu’à Daga-Moundé. Parfois, il restera à peine 10cm d’eau sous la quille de Moussespic…
Pas de route, seulement une piste sablonneuse pour rejoindre le village de Moundé situé à environ 1km du ponton. Nous prenons donc une charette afin de transporter les fournitures scolaires. Sur notre passage, tous les enfants convergent vers nous en criant « toubab, toubab ». Nos enfants semblent, pour leur part, un peu impressionnés.
Ce sera une constante durant notre promenade dans le Saloum. Chaque fois que nous arrivons dans un village, les enfants interpellent les « toubab », ( les blancs) et viennent toucher Camille, Marin et Simon. Nous sentons bien qu’ils ne savent pas trop comment réagir, et certaines fois, on imagine que cela doit être très impressionnant pour eux.
Nous partageons ensuite le thiebou dieune (riz au poisson) avec les enseignants. L’occasion de commencer à échanger avec eux. Puis nous visitons l’école avec Matar le directeur, avant de s’installer avec lui, dans la cour, à l’ombre pour palabrer.
Rendez-vous pris le lendemain matin, pour que Camille passe la journée dans la classe de CP. Il y passera finalement 3 jours, prendra ses premiers cours d’Arabe, se fera un copain (Abdou Fall) et lui, comme l’instituteur, auraient bien prolongé l’expérience… Pendant ce temps, nous passons aussi du temps dans les classes. Nous découvrons les méthodes d’enseignement, la participation des élèves, le maintien constant de leur attention. Nous essayons de présenter notre voyage (pas facile…), nous filmons, photographons… Le midi nous sommes invités par les enseignants à partager leur déjeuner, et certains d’entre eux sont venus à bord un soir afin de visiter notre maison flottante et partager un verre de jus d’orange.
Le jeudi midi, ils nous préparent un repas de fête pour notre dernier jour parmi eux : thiebou Yapp (riz au poulet) et lait caillé. A chaque fois, cela donne lieu à des échanges intéressants et enrichissants.
Puis vient le moment de les quitter pour aller vers Bassoul, où nous devons remettre deux ordinateurs. Nous partons à regrets ; l’accueil des enseignants a été super, et nous serions bien restés un peu plus longtemps.

 

 

 

En route pour Bassoul, nous croisons Yobalema, le trimaran de VSF, le temps de boire un verre en leur compagnie. Leur mission médicale est terminée ; ils remontent sur Ndangane avant de repartir pour la France en avion.
Comme il est risqué pour nous de remonter le bolon jusque Bassoul, par manque de hauteur d’eau, nous mouillons devant Bassar. Les 2 villages communiquent par un pont et sont espacés d’environ 30mn de marche. Nous y retrouvons Charlotte, un autre trismus 37 (le même bateau que Moussespic), le temps d’une belle soirée.
Puis c’est livraison des ordinateurs, visite des deux écoles, et prise de rendez-vous pour un après-midi de formation informatique pour les enseignants. Assaisonnées avec un peu de Cned le matin, cela donne des journées plutôt denses. D’autant que, pendant la nuit, un drame se produit : crise de tourista pour Simon, avec option diarrhée au lit… Je vous passe les détails du lavage du Simon dans le cockpit à 2h du matin, pendant qu’il vomissait, à l’eau du fleuve…
Une fois que Manu a terminé, tant bien que mal, de laver le linge à l’eau du Saloum, Marin prend le relai en vomissant partout dans le carré. Le lendemain, la miss n’échappera pas au même mal..  C’est donc seul que je retourne à Bassoul faire un peu d’initiation aux tableurs pour les enseignants.
A Bassar, nous rencontrons l’Infirmier Chef de Poste El Hadj Sarr. Visite du poste de santé, et remise de l’ordinateur destiné au village de Diogane car nous avons décidé de ne pas descendre jusque là.
S’ensuit une petite pause : juste avant de gagner le Saloum, nous avions reçu un message de Grand-mère, nous indiquant la présence d’un cousin à elle un peu au sud de Dakar à….Ndangane Lagune. Nous sommes juste à coté, donc, après quelques échanges de mails et textos, nous arrivons sur place et mouillons…. juste devant la maison d’André. Les trois jours passés en sa compagnie sont fort sympathiques et reposants. Les enfants profitent à fond de la piscine, et il est bien agréable de manger en terrasse avec vue sur son bateau…
Puis, à nouveau nous levons l’ancre pour une rapide escale à Dionewar pour remettre un ordinateur au poste de santé. Nous sommes à l’ancre devant un hôtel 4 étoiles…fermé par manque de touristes. Sur la plage, Momo nous sollicite pour venir manger dans son restaurant, sur l’autre rive. Après d’âpres négociations pour fixer le prix du repas, nous nous donnons rendez-vous le lendemain à 12H. Si le repas fut bon, cela restera le premier « restaurant », où « en Afrique les femmes préparent le repas ; tient Emmanuelle, voilà les pommes de terre à préparer ».

 

 

 

A propos de l'auteur

Articles similaires

17 Réponses

  1. Rebours titi

    Woaw !! De superbes paysages. Bonne expérience pour Camille à l’école. Ce n’est pas le luxe de nos écoles françaises, c’est très enrichissant pour eux. En attendant de vous relire, bonne continuation.
    Gros bisous

    Répondre
  2. Bernard, le tonton préféré !

    Génial ! Génial ! Génial !
    Quelle expérience cela a dû être pour les enfants.
    C’est vraiment une expérience extraordinaire pour vous 5, mais encore plus, je pense, pour les 3 blondinets !
    On vous embrasse très fort !
    Et profitez du Cap Vert…..

    PS : avez-vous des nouvelles du Père Noël, et si oui, a-t-il un stratagème pour faire sa livraison ?

    Bisous

    Répondre
  3. philippe le cousin ermenault de chonchon

    Toujours aussi passionnant de vous suivre et de vous lire
    Quelle experience pour Camille, Marin et Simon !!!
    Philippe

    Répondre
  4. marlene

    Bonsoir à vous 5
    Quel plaisir de lire le récit de votre séjour au Sénégal.
    Que de souvenirs vous auraient dans tous vos échanges des différents pays. Merci pour les photos de vous et
    nous pensons bien à vous.
    gros bisous de nous

    Répondre
  5. Chonchon

    Super les photos ! Mes petits zouaves à l’école africaine ! … Et tous ces paysages magnifiques …. ça donne envie de partir vers d’autres horizons ….
    Je vous embrasse très forts tous les 5,
    Chonchon

    Répondre
  6. Marie-Laure

    Comme le dit tonton, quelle belle expérience! Pour être allée à St Louis il y a quelques années, j’imagine parfaitement le dépaysement que vous vivez et l’étonnement des petits bouts. Vincent doit être dans les parages d’ailleurs en ce moment!
    Bises à tous les 5!

    Répondre
  7. Marco et Isa

    Heureux de vous voir en forme ,même si des fois il y a quelques problèmes de cacatos ! Un peu obligatoire dans ces régions non aseptisées..
    Nous voyons beaucoup de bonheur dans vos récits très détaillés et photos.
    Nous vous souhaitons de bonnes fêtes de Noël et beaucoup d’amour.

    Beaucoup de bisous à toute la petite famille

    Répondre
  8. paule.

    que de beaux souvenirs que vous nous envoyées et des photos superbe, des échanges très valorisant et des cousins partout;;;;;;;;
    je vous souhaite de très bonne féte et des grosses bises à tous

    Répondre
  9. mamie

    Magnifiques photos.
    Bons souvenirs d’école des loulous avec leurs copains sénégalais.
    Gros bisous à vous cinq.

    Répondre
  10. Ex "ouvrier" et Isa

    Que dire de plus …nous avons l’instant de la lecture et du rêve devant les photos, fait un voyage éclair parmi vous 5, et ça fait du bien. L’histoire ne dit pas si Camille n’a pas fait trop de fautes …
    Dommage que le temps vous soit tout de même compté car ce n’est pas toujours facile de repartir et de quitter quand on vit des expériences aussi enrichissantes.
    Où que vous soyez les fêtes de fin d’année seront pour vous de toute façon inoubliables…
    Gros bisoux à vous, pour nous de nouveaux petits chaussons serons au pied du sapin …

    Répondre
  11. Le Sayec Claude

    Nous suivons attentivement vos périgrinations. Ce périple s’avère toujours aussi palpitant et riche en rencontres. Nous avons installé les guirlandes lumineuses dans le jardin en pensant bien à vous. Grosses bises à tout l’équipage.

    Répondre
  12. Hemelsdael Catherine et Bernard

    A part les séances « caca/eau » tout semble aller pour le mieux…quelle chance pour Camille de partager 3 jours d’école si loin de son contexte habituel…tu m’étonnes que les enfants soient un peu impressionnés..c’est le dépaysement total…et j’ai l’impression que ou, que vous soyez ,vous rencontrez des gens que vous connaissez…c’est fou ça…en tous cas c’est génial de pouvoir vous suivre ainsi.Merci du temps que vous prenez pour partager ces moments forts avec nous et gros baisers à tous les 5.

    Répondre
  13. Périne

    Whouah!
    Quel plaisir de vous lire et de revivre un peu les expériences vécus dans ce beau et accueillant pays qu’est le Sénégal.
    Triste de ne pas avoir pu vous y rencontrer et d’avoir manqué de si peu Moussepic!
    Bisous et de joyeuses fêtes à vous 5.

    Répondre
  14. FOURÉ Olivier

    Je viens de lire les nouvelles postées le 16 décembre. On imagine et on rêve des endroits et photos de paysages magnifiques. Petite question subsidiaire : Le fameux André que vous avez rencontré…. Ne serait-ce pas André MICHEL ?

    Répondre
  15. Dakar acte 2 | Moussespic

    […] notre Moussespic qui, par ailleurs, à d’autres qualités…. Et puis, un appel d’André (voir épisode précédent), peu avant notre départ de Dionewar, nous permets de couper la route en deux tronçons : […]

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.