On le sait, le près (remonter face au vent) n’est vraiment pas l’allure préférée de Moussespic. Alors, quand on a vu qu’il y avait moyen de partir vers les Açores avec un petit vent de Sud Est on a pas hésité longtemps. Une petite semaine passée entre Malendure et Deshaie pour faire l’avitaillement, préparer le bateau, fêter dignement l’anniversaire de Marin et Simon sur la plage, et passer une dernière soirée avec les copains et nous avons levé l’ancre en compagnie de Meltem le 25 avril.

 

 

Difficile exercice que de vous raconter la transat.
Avant le départ, j’avais quelques appréhensions sur ce retour. Dans un tour de l’Atlantique c’est, à mon sens, la partie la plus compliquée : celle où l’on a peu de chance d’échapper au passage d’une dépression qui peut être bien creuse….
Du coup, en complément des informations météo que nous pouvions récupérer à bord, nous avions convenu que David, copain-collègue-navigateur, surveillerait de son coté. En contact journalier, il nous a proposé un routage, c’est-à-dire une route à suivre, pour éviter les phénomènes dangereux tout en essayant d’être le plus rapidement possible à destination. Nous lui disons donc un grand MERCI pour sa disponibilité, et la pertinence de ses propositions de routes !

 

 

Une fois au large, les inquiétudes disparaissent et, après 2-3 jours, nous avons quitté notre costume de terrien pour nous transformer en cet étrange animal qu’est le marin.
C’est curieux une transat ; 17j en mer vu de la terre ça paraît long… et bien, vu du bateau aussi… Pourtant, paradoxalement, il y a eu très peu de périodes où l’on s’est ennuyés. Le rythme de vie en mer est différent, fait de plaisirs simples :  manger un bon plat (genre une tartiflette pendant la baston), dévorer un livre, ou simplement discuter entre nous de nos futurs projets, de nos envies en rentrant. L’occasion aussi de repenser à ces superbes mois que nous venons de passer, à toutes ces rencontres, ces copains avec qui nous sommes liés par cette même soif de liberté, cette même envie de découverte. Bref, une parenthèse dans le temps pour savourer notre belle année sabbatique.
Plus encore que sur la transat aller, nous avons expérimenté ce que ceux qui sont passés avant nous décrivaient : c’est un peu dur les trois premiers jours (le temps de reprendre ses marques), et les deux derniers (car on devient pressé d’arriver). Entre les deux, le temps s’écoule, sans que l’on y attache une grande importance. Ca a été long, mais sans que çà ne soit pesant.

 

 

Sur la fin du parcours nous avons traversé deux dépressions.
Pour la première, nous avons eu un vent raisonnable (autour de 25N, soit du force 6, vent frais), par contre le vent et les vagues étaient plutôt de face, ce qui a rendu cela assez désagréable, et généré pas mal de fatigue.
Nous avons eu beaucoup plus de vent dans la seconde : 35N de vent établi (force 8, coup de vent) avec des rafales jusqu’à 52N (force 10, tempête). Nous avons mis le bateau sous voilure réduite, sous trinquette (une petite voile d’avant), et nous avons fait le gros dos, le temps que la dépression passe.
Moussespic s’est admirablement comporté, et si parfois le bruit des vagues qui déferlaient sur le pont était impressionnant, nous n’avons pas du tout souffert pendant le coup de vent. Finalement, celui qui a le plus souffert est peut-être David, qui attendait désespérément de nos nouvelles… (pour notre défense, nous n’avions pas reçu ses messages).

 

 

Avant l’arrivée du vent fort, nous avons préparé le bateau, et notamment revu nos bidons de survie. On y a ajouté de la nourriture, des vêtements chauds de rechange au cas où nous aurions eu une avarie, nous obligeant à abandonner le bateau. Nous avons aussi réexpliqué aux enfants la « procédure » d’évacuation, et les avons invités à préparer un jeu à mettre dans le bidon de survie. Là, çà a été le drame. Non pas qu’ils étaient inquiets, mais parce qu’il fallait envisager de laisser certaines choses précieuses à bord. Camille ne se voyait pas partir sans ses sous, et voulait ABSOLUMENT embarquer son porte monnaie…

 

 

Enfin, nous avons fini par arriver à Horta, juste avant l’aube. Et, moment magique, Meltem a pointé son étrave quelques minutes après nous! Après 17j de mer, on aurait voulu le faire exprès… Quel plaisir de se retrouver entre copains connus aux Canaries : Jean-Loup & Soazic de Meltem, Audrey, Pierre et Méli leur coéquipière arrivés quelques jours avant nous sur Le Bellion 2.

 

 

Difficile exercice que de vous raconter la transat… Peut-être simplement que çà ne se raconte pas, çà se vit… Ce que l’on peut vous dire, c’est que nous sommes heureux et fiers.
Heureux, car nous sommes arrivés à bon port, sans problème majeur. Heureux de retrouver les copains et de pouvoir échanger avec eux sur cette belle aventure partagée.
Fiers d’avoir fait cette transat retour, avec le sentiment de l’avoir faite proprement, fiers de notre Moussespic qui, jusqu’à présent, a parfaitement répondu à nos attentes.

 

 

Maintenant nous allons profiter pleinement de ce magnifique archipel qui s’offre à nous.

 

A propos de l'auteur

Articles similaires

28 Réponses

  1. chanig

    Cool! Heureux d’avoir de vos nouvelles et que cela ait roulé pour vous! C’est pas comme si on s’était inquiété! Génial la mise à jour du site en cours de traversée. C’est notre tour de quitter les tropiques, à bientôt sur nos côtes! Les Anao

    Répondre
  2. marlene

    Ah superbe votre retour. Vous pouvez être fiers de votre retour sur les Açores. Repos bien mérité après c’est 17jours.
    Gros bisous à vous 5.

    Répondre
  3. Le Sayec Claude

    Bravo à tout l’équipage. Nous avons hâte maintenant de vous revoir devant de bonnes galettes ou une bonne côte de boeuf. J »espère que vous serez de retour avant le 13 juillet car nous vous réservons une surprise. Réservez nous si possible cette date. Bisous à tous

    Répondre
  4. Bernard, le tonton préféré !

    Super de lire ces nouvelles.
    Effectivement, on peut dire un TRES grand merci à David, qui, via Facebook, nous a donné des nouvelles et rassuré sur votre traversée (même s’il a avoué un moment de panique sur le dernier coup de tabac !).
    Oui, vous pouvez être fier de vous, de vos enfants et de votre bateau !
    Un grand bravo…. Mais nous vous dirons un TRES GRAND BRAVO lorsque nous verrons la proue de Moussespic pointer dans le port du Légué !!
    Profitez de vos quelques jours aux Açores, et à très très vite dans notre belle Bretagne.

    On vous embrasse tous les 5.

    Répondre
  5. Paule georges

    bravo pour votre reve réalisé bravo pour cette belle vie en famille
    bon retour

    Répondre
  6. Pepette

    Message pour Manu : Ne pas vomir avec le vent de face devrait être l’une des règles élémentaires en navigation non ?

    Répondre
  7. Cécile DELANOE

    BRAVO à vous 5 et merci pour ce beau récit Maxime, très agréable à lire, je t’encourage à rédiger un livre, profitez bien de votre séjour.

    Répondre
  8. Hemelsdael Catherine et Bernard

    Bravo ! De vous lire j’en ai la chair de poule et un peu aussi les larmes aux yeux . Heureux de vous savoir arrivés aux Acôres. Et merci pour les photos vraiment belles . Bisous

    Répondre
  9. jmksabeline

    bravo à vous 5+1 moussespic c’est un grand moment cette traversée retour qui n’est pas facile à aborder mais on est heureux quand on l’a fait et fier. C’est vrai que ce n’est pas facile à expliquer ce que l’on ressent lorsque l’on n’a jamais vécu ça car bcp de terriens pensent qu’on doit s’ennuyer mais nous aussi on a adoré d’être en osmose avec notre famille, le bateau et la mer. encore bravo. maintenant profitez de cette escale qui est particulière car on retrouve une dernière fois les copains de voyage avant que chacun retourne à son port d’attache, mm si on continue de se voir après le retour c’est différent chacun retourne vite à la vie active. N’oubliez pas de manger les brochettes de chez Peter. Elles sont excellentes. bonne escale. karine et jean michel (vern sur seiche)

    Répondre
  10. Chonchon et Paddy

    Un immense BRAVO en direct de St Meloir !
    Nous sommes très fiers de vous, tous les 5 et de Moussepic aussi bien sur !
    Les photos sont parlantes, et les merveilleux couchers de soleil nous laissent rêveurs !
    Nous espérons que vous avez fait le plein des cales avant de partir, je parle de soleil et de chaleur bien sur !!!!!
    Paddy me souffle à l’oreille qu’il ne connaît pas Claude, mais qu’il est ok pour le côte de bœuf du 13 juillet, juste préciser l’heure et l’endroit !!!!!
    On vous embrasse très très fort

    Répondre
  11. jullien Hermine

    Comment savoir et connaître le jour de votre arrivee au Légué.
    C’est très important pour moi.
    pourriez vous me le dire par texto ou par téléphone?
    Merci pour cette merveilleuse année
    bisous à tous les 5 même si je ne vous connais pas (qu’à travers la bouche d’Anne Marie)

    Répondre
  12. nathalie

    Un ptit coucou a vous 5,je vois que tout ce passe bien pour le retour derniere ligne droite et retour au train train quotidien ,le choc des temperatures va etre dure! Ce serait sympas de savoir quand vous com
    ptez arriver une petite visite s impose pour voir les frimousses…une annee passe trop vite on a l impression que vous etes partis il y a 1 semaine! MERCI A VOUS pour ces magnifiques photos et paysages on a aussi voyage a travers vous je pense qu il y aura des soirees photos et tout et tout!!! Gros gros bisous et profitez encore!

    Répondre
  13. Tatie NiNi

    ça, c’est fait!
    Un grand BRAVO pour votre ténacité et courage qui vous a permis de réaliser votre rêve;
    .Est-ce qu’il reste assez de bisous pour arriver jusqu’au Légué? à tout hasard je vous en renvoie pour la fin du parcours, en attendant de vous en faire sur la terre ferme
    Tenez bien l’cap jusqu’au bout

    Répondre
  14. Tatie NiNi

    ça, c’est fait….
    Un grand bravo d’admiration pour votre ténacité et votre courage.
    Reste t-il suffisamment de bisous dans le sac? en voici des tous neufs pour finir le voyage.

    Répondre
  15. Tatie NiNi

    Tatie Nini radote. Rentrez vite avant qu’il ne soit trop tard;;;
    Help

    Répondre
  16. Tante Nadette

    Bravo à tout l’équipage pour cet exploit inoubliable. Vous voilà plein d’expérience et de force pour la suite. Bon vent pour poursuivre votre route. Gros bisous

    Répondre
  17. Johan

    Félicitations pour votre traversé et à David pour nous avoir informé.

    Ca ne devait pas être si compliqué si madame à eu le temps de se faire des masques ;)

    Répondre
  18. Hemelsdael Catherine et Bernard

    Au cas ou vous ne le sauriez pas :Andrieux c’est mon papa qui bien qu’il ne vous connaisse pas suit vos aventures avec passion car c’est un passionné de bateau…!
    Bien sûr comme tout le monde,nous avons hâte de vous revoir…mais profitez de ces dernières semaines en mer à plein et continuez de nous faire rêver avec vos photos…qui nous manqueront …mais je suis sûre qu’il y en aura d’autres lors de votre prochaine évasion maritime …
    Gros baisers …il doit en rester quelques uns bien cachés au fond du sac!

    Répondre
  19. paule.

    bravo à vous , vous avez réussie, bientot en bretagne ,profitez jusqu au bout;;;;;et encore bravo, paule

    Répondre
  20. françoise cotel

    bravo à l’équipage de « Moussepic » pour cette formidable aventure!!un grand merci à vous de nous l’avoir fait partager aux travers de vos récits captivants et magnifiques photos!!
    Je vous souhaite une bonne « route »de retour, profitez bien du temps qu’il vous reste à bord !!
    encore Bravo et au plaisir de vous revoir bientôt!!!
    Françoise C.

    Répondre
  21. FOURÉ Olivier

    On espère bien une arrivée le WE du 27/28 pour fêter dignement cette superbe édition 2015….. sinon le lundi c’est rapé…. je bosse !

    Répondre
  22. CCGLAIZOT

    UN GRAND BRAVO A VOUS NAVIGATEURS BRETONS POUR CET ALLER/RETOUR A TRAVERS L’ATLANTIQUE.
    PENSEZ A FAIRE UNE ESCALE A LEZARDRIEUX DEBUT JUILLET…NOUS POURRIONS VOUS ACCUEILLIR.BISOUS A L’EQUIPAGE.CC

    Répondre
  23. Les Angélus

    coucou les Moussepics ! super le récit de Maxime sur cette belle transat retour, bravo à toute votre petite famille, nos garçons sont un peu dépités de ne pas vivre ça eux aussi, mais qu’à cela ne tienne, on suit Angélus et Anano de très près grâce à l’iridium, partis le même jour du même endroit et à la même heure, ils se rapprochent (encore 630 MN à ce jour pour Angélus), peut être les croiserez-vous, à quand votre départ des Açores..? plein de bises l’équipage à terre d’Angélus :-)

    Répondre
  24. Nathalie B

    Vous êtes courageux car la transat retour n’a pas l’air facile. Je vous souhaite un bon retour en Bretagne. Pensez à donner des nouvelles après votre arrivée et peut être un petit bilan sur cette année de navigation.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.