Souvent, à l’approche d’une dépression, il faut savoir faire le gros dos. Bien préparer le bateau pour la subir lorsque l’on est au large, ou simplement rester sagement à l’abri.

Cette fois-ci ci la tempête qui nous préoccupe n’est pas météorologique, mais nous avons décider de rester sagement au port, plutôt que d’aller l’affronter au loin.

 

Moussespic est à l’eau depuis hier, mais nous ne metterons pas les voiles en septembre comme prévu.

 

Ce n’est que partie remise, le temps pour nous aussi de peaufiner la préparation de notre fier navire.