Les Moussespic autour du monde de L’atlantique

 

Invariablement, lorsque nous évoquons notre projet de partir un an en voilier, nos interlocuteurs répliquent par : « pour un tour du monde ? »

Et bien non…

 

Même si quelques marins sont capables de tourner autour de la planète en moins de 80 jours, ce n’est pas notre cas ni notre envie. En fait, hors du cadre des courses et records, pour faire un « tour du monde » à la voile il faut compter minimum 2 ans (et plus souvent 3…).

 

Sur un an, nous allons donc nous « contenter » d’un tour de l’atlantique.

carte

Dans les grandes lignes, voilà comment cela devrait se passer :

 

Autour du 14 juillet,

Départ du Légué (Saint-Brieuc)  pour 2 à 3 semaines de cabotage en direction de la pointe Bretagne. Le but du jeu est de finir de préparer le bateau (on sera forcément en retard… ), d’amariner tranquillement l’équipage, et de commencer à guetter le bon créneau météo pour mettre cap au sud.

 

Autour du 5 Août,

Si la météo a bien voulu nous laisser une fenêtre sympa, nous devrions avoir traversé le golf de Gascogne et être en Espagne ou au Portugal. Il y a un peu plus de 350 miles de la pointe du raz jusqu’au cap Finistère. Ce sera alors notre plus grande navigation… C’est donc là que le voyage commence vraiment…

Nous comptons ensuite 3 à 4 semaines pour nous promener dans cette zone, en descendant tranquillement vers le sud jusqu’aux environs de Lisbonne.

 

Autour du 1er Septembre,

Adieu porto, bonjour  Madère…   A nouveau nous devrions battre notre record de distance en mer, et parcourir les 500 miles séparant Lisbonne de Madère. Çà sera aussi notre première escale Ilienne.

 

Début octobre,

Objectif Sénégal… Le but est d’être au Sénégal fin Septembre. Nous devrions encore une fois battre notre record, mais difficile de dire à combien il s’établira…

Il y a plus de 1000 miles de Madère à Dakar, mais la route directe fait passer au milieu de l’archipel des Canaries (situé a 250 miles de Madère). Il sera sans doute difficile de passer près de ces îles sans y faire escale… Malgré tout, comme nous souhaitons avoir un peu de temps au Sénégal, les Canaries  devraient nous servir de variable d’ajustement : plus nous aurons traîné en route, moins l’escale Canariènne sera longue.

 

Jusqu’à mi-Novembre

Sénégal et Casamance. Nous allons alors essayer de tirer parti des capacités de Moussespic : se faufiler dans peu d’eau pour se promener dans les bolons du Siné Saloum et de la Casamance. Une escale Africaine, qui sera sûrement l’un des moments fort de cette balade…

 

Fin Novembre

Cap vert… 2 à 3 semaines pour profiter de l’archipel et commencer tranquillement à préparer…. la suite….

Comme Christophe Colomb lors de son 3ème voyage, c’est en effet du cap vert que nous mettrons cap à l’ouest pour notre transat…
Plus de 2000 miles (environ 20 jours de mer) devant l’étrave : un nouveau record, il va sans dire. A n’en point douter, le cap’taine aura le trac avant de faire le grand saut…

 

25 Décembre

Le défit au père-noël. Sera-t-il capable de retrouver un voilier au milieu de l’atlantique ? Arrivera-t-il à poser son traîneau malgré la houle ? comment fera-t-il pour entrer sur un bateau sans cheminée ?

Autant de questions auxquelles nous espérons bien répondre…

 

Janvier

A nous les Antilles. Notre transat devrait nous emmener dans le sud des petites Antilles (la Barbade, Trinidad et Tobago, Grenade). La suite du programme est plus floue. Nous aurons 3 mois devant nous  pour remonter l’arc antillais. Peut-être pousserons-nous jusque cuba ? Au Bahamas ? les deux ? Bref, nous serons libre de faire ce que bon nous semble.

 

mi-Avril

Allo papa tango Charly… cap sur le triangle des Bermudes. Dernière escale de ce coté de l’atlantique, avant de faire le 2ème grand saut…

 

Mai

Le retour :  « seulement » 1850 miles en route directe vers les Açores… Sauf que l’on empruntera pas forcément la route directe…

Le jeu de cette transat consiste à se faufiler entre les dépressions qui circulent au nord et génèrent des vents d’ouest (qui peuvent être fort), et l’anticyclone des Açores qui génère plutôt des calmes. Une sorte de grand jeu de cache-cache.

 

juin

Les Açores. Dernier archipel de ce périple.  Il nous restera alors une dizaine de jours de navigation pour regagner notre point de départ. Nous  resterons nous promener aux Açores jusqu’à la mi juin, le temps de retrouver les polaires, cirés… qui aurons moisi à fond de cale.

 

Fin juin

Déjà la maison…