Ce matin, nos regards suivent une voile qui quitte doucement la baie de Saint-Pierre. Les yeux sont brillants, voir embrumés…

 

 

Nous avons fait beaucoup de belles rencontres depuis notre départ de Saint-Brieuc. Des voiliers dont nous recroisons souvent la route, au hasard d’une escale, et dont les noms peuplent les récits que vous pouvez lire sur ce site. Souvent, nous nous quittons en sachant que nos routes sont similaires et que, Inch Allah, nos sillages vont de nouveau converger.

 

 

Cette fois-ci c’est différent. Nous savons que nous ne reverrons pas de si tôt les copains dont le voilier disparait maintenant au loin.
Après plus d’un mois passé en votre compagnie, de l’autre coté de l’Atlantique, çà a été un grand bonheur de vous retrouver cette semaine en Martinique.
Un grand merci pour vos présents, qui nous ont été droit au coeur.
Votre plus beau cadeau reste tout de même l’envie, que vous nous avez donnée, d’aller jusque cette polynésie dont vous nous avez tant parlé.
La flèche de Futuna est fixée sur l’épontille, et j’ai détoronner une ancienne aussière pour que Manu puisse porter la « demi perle ». A nous de les regarder en guise de piqure de rappel.

 

 

Moussespic a, depuis quelques temps, atteint cette horizon sur lequel nous avions mis le cap. Mais comme nous l’ont dit les enfants : « la ligne d’horizon, on y arrive jamais ». Alors, l’idée germe. Celle de repasser à la maison, de préparer un nouveau départ et d’aller voir encore un peu plus loin vers l’horizon…