Enfin des nouvelles pas fraîches sur www.moussespic.fr/.

 

 

Petit retour en arrière, en Dominique. Oui oui, c’est bien de l’autre coté de l’Atlantique. Pourtant nous avions prévu de vous faire un topo « au jour le jour » sur cette escale… Raté!

 

 

La Dominique est une île située entre celles de la Martinique au sud, et celle de la Guadeloupe au nord.  Ce fut notre dernière escale touristique au Antilles, avant préparation de la transat retour en Guadeloupe.
A deux reprises nous n’avions fait que l’effleurer, n’y voyant que ses lumières côtières, en la longeant « by night ». Pourtant on nous a promis monts et merveilles… la Dominique a-t-elle tenu ses promesses, celle d’être l’une de nos plus belle escale?

 

 

Petit retour en arrière :

 

 

5h45 vendredi 10 avril, nous levons l’ancre de la baie de St Pierre où nous étions depuis 19 jours (notre record!).
Nous partons toutes voiles dehors mais, passée la pointe nord de la Martinique, les risées de plus en plus musclées se succèdent, nous obligeant à prendre un, puis 2 ris et à enrouler en partie le génois.
Le vent s’établira à 25 noeuds, avec des rafales à 30, et notre premier mousse n’était pas rassuré..c’est qu’ils perdent vite l’habitude de la navigation.

 

 

6h plus tard, Puncho le rasta vient à notre rencontre afin de nous aider à prendre une bouée devant l’Anchorrage Hotel, à Roseau. Ce n’est pas qu’il est impossible de mouiller sur ancre, mais les fonds descendent vite, le vent est variable…autant pouvoir laisser le bateau serein.
Petit pique-nique à bord, et nous gagnons le centre ville à pied. 30mn de marche en longeant une route plus que passante, afin d’effectuer la clairance d’entrée auprès des douanes. Puis retour au bateau car le lendemain on se lève tôt!

 

 

Samedi 6h30, tout le monde est debout car nous avons prévu de nous rendre aux Trafalgar Falls. C’est l’une des attractions populaire de l’île et, des paquebots sont en approche pour envahir l’île.
Premiers arrivés, après un trajet en taxi co, nous arpentons le sentier parfaitement aménagé qui nous emmène sur un point de vu permettant de découvrir ces 2 magnifiques cascades. Celle de gauche, appelée « Papa falls » est haute  de 38m avec un faible débit. celle de droite, « the Mama falls » est plus courte : 23 mètres, mais beaucoup plus forte. Les 2 sont séparées par un piton, ce qui nous donne un paysage exceptionnel.
Puis nous poursuivons le sentier afin de prendre un petit bain chaud (le premier depuis notre départ). Imaginez : une baignoire naturelle, de l’eau bien chaude, le tout sous le couvert de la végétation et accompagné d’un petit grain…. Dur dur d’en sortir pour aller se rafraîchir sous l’eau claire et rafraîchissante de « Mama ». Heureusement d’autre promeneurs arrivent, brisant notre tranquillité, et nous incitant à quitter les lieux. Chose faite à 10H30.

 

 

C’est à pied que nous poursuivons notre balade. Direction le village de Wotten Waven, par une belle petite route au coeur de la forêt. Un arrêt s’impose aux sources de souffre : « Sulphur Springs » dont l’odeur incommodait fortement notre Simon. A noter que, passé le lieu hyper touristique, il faut poursuivre sur quelques mètres, à gauche juste après le pont, pour bénéficier d’une source plus impressionnante encore, avec des bouillons dans une cavité naturelle, et totalement isolée. Puis nous poursuivons notre route tranquillement, et rencontrant ainsi deux personnes reflêtant l’âme des gens d’ici : le premier, marchant également sur la route en mangeant un abricot pays, nous salue et nous en offre un… ; le second est un chauffeur qui nous propose gentiment de nous redescendre gratuitement en ville. Nous acceptons, et il nous dépose près du marché où nous faisons le plein de fruits. Le retour au mouillage est plus difficile, mais nous gagnons notre Moussespic à 14h30. Parfait! nous pouvons attaquer l’école.

 

 

En soirée, notre capitaine nous propose une balade en annexe afin d’admirer le Rara Avis et le Bel Espoir 2 de plus près. Malgré nos 5 chevaux qui enchantent nos garçons (nous n’en avions que 4 sur l’ancien moteur), c’est à allure d’escargot que nous allons les voir. Et, c’est tout naturellement qu’Antoine nous propose la visite du Bel Espoir. Nos 3 mousses ont pû se donner à coeur joie sur ce bateau de pirates, et notamment sur le Nirvana (c’est ainsi qu’est nommé le filet sous le bout dehors).
Une si belle journée ne peut se conclure que par un apéro sur le pont.

 

 

Le dimanche les bus ne circulent pas. Du coup, nous choisissons une destination pas trop éloignée, ou raisonnablement éloignée du mouillage : direction Champagne Beach. Finalement nous trouverons rapidement un taxi co pour nous y déposer. Il s’agit d’une plage de galets, où les fonds marins pétillent. Nous effectuons donc une belle séance PMT sur un récif situé un petit peu vers le large, et nous faisons chatouillés dans ces colonnes de bulles sortant des fonds marins. S’en suit de belles rencontres avec les iguanes ; nous en verrons au moins 7, dont certains, pas trop effrayés par nos garçons, se prêteront à la pose. On continue avec un petit crapahutage dans une forêt de cacaoyers où nous pique-niquons, et dont les cabosses feront office de dessert. Puis, nous prenons la route du retour, et c’est à pied le long du front de mer que nous rejoignons la base. l’occasion pour nous de faire une cueillette de tamarin, mangues et papayes.
Il est 14h30 (ce n’est même pas fait exprès, nous partons sans heure..), et les parents s’octroient une petite sieste avant d’attaquer l’école.

 

 

Fin de la partie mise à jour au fur et à mesure, mais on vous raconte tout de même la suite ;-)

 

 

Pour lundi, notre choix se portait sur Victoria Falls. Mais nous avons changé d’avis par peur de perdre trop de temps dans les transports.
A la place, ce sera Emerald Pool. Je pense que nous avons fait le bon choix, car l’estomac de Simon n’a pas résisté aux routes serpentueuses. Bien entraîné par le loustic depuis sa naissance, maman a géré en récupérant tout dans le tee-shirt! N’y vu, ni connu!
Fidèles au rythme adopté depuis le début de cette escale, nous arrivons les premiers sur site. Nous pratiquons les chemins aménagés au coeur de la forêt pour atteindre le bassin…trop frais pour le capitaine! Puis, nous sommes partis en rand sur une partie du Waitukubuli Trail (un grand sentier de rando qui traverse toute l’île). Quelle bonne idée de patauger dans la boue après notre bain matinal! Peut-être aurait-il été plus intelligent de le faire dans l’autre sens, non? Bien que salissante, la marche était bien agréable…l’attente d’un taxi Co avec de la place à bord sous la pluie un petit peu moins.

 

 

Mardi on ne relâche pas la cadence. Il y a tant de choses à voir et faire ici. Notamment l’aspect volcanique encore en activité de l’île. Ce sera donc Soufrière Sulphur Springs pour notre dernière journée au sud. L’occasion d’approcher des fumeroles, et d’en apprécier l’odeur d’oeuf pourri.
Des baignoires sont aménagées pour profiter de l’eau chaude et minérale du site. L’aspect marônatre n’est pas très attrayant, mais après quelques hésitations et insistance des enfants, nous prenons place sans regret dans le bassin.

 

 

La journée du mercredi se fait au moteur, pour gagner le nord de l’île : direction Portsmouth.
Nous sommes beaucoup plus nombreux au mouillage, et les Boat Boys y sont plus pressants.
Nous y passons 2 jours à flâner. La ville, « The Cabrits National Park », et la fameuse Indian River. Bien que relativement chère comparée à la vie locale, c’est une belle promenade en pirogue que nous avons fait avec Spaghetti.

 

 

Mais le temps passe, et il faut penser à la route du retour.
Samedi, nous prenons donc la direction de Malendure avec 2 bateaux-stoppeurs : Josselin et Rémy rencontre et partage très intéressant pour terminer cette belle escale.

 

 

Pour conclure, on peut dire que la Dominique est extraordinaire à tous niveaux. Ile tropicale oblige il y a la forêt tropical humide, THE Rain forest. Ensuite il y a encore une grosse manifestation volcanique, dont les sources chaudes que nous attendions avec impatience. Enfin, une grosse communauté Rasta, des gens sympas et accueillants.
On vous laisse découvrir cela en images.